Shopping

Et si un tatouage pouvait vous sauver la vie ?

Les tatouages auraient visiblement leur place sur le marché de la médecine préventive du futur... Deux équipes de recherche - l’une de Munich, l’autre du Texas - ont travaillé sur des dispositifs intelligents permettant de surveiller notre état de santé. Leurs études ont été respectivement publiées en mai et en juin 2019, dans des revues scientifiques.

À l’université du Texas, aux États-Unis, des chercheurs ont mis au point un tatouage électronique de détection cardiovasculaire. Placé sur la peau, il mesure l'activité électrique du coeur et pourrait donc détecter une éventuelle anomalie cardiaque.

Ce tatouage est en fait constitué d'une petite lamelle de graphène décrite par les chercheurs comme “ultra mince” et “extensible”, elle adhère très bien à la peau. Elle est composée de minuscules capteurs : l’un pour l’électrocardiogramme, l’autre pour le sismo-cardiogramme. Ce tatouage regroupe donc deux dispositifs indispensables à une mesure très précise des mouvements cardiaques. Pour déterminer le meilleur emplacement et donc optimiser les mesures, les chercheurs disposent aussi d'une technologie d'images 3D.  

Les battements du coeur en direct sur son smartphone

Les données enregistrées sont ensuite collectées puis stockées sur une application, installée sur un smartphone. Autre possibilité de cette appli : afficher en direct les battements du coeur. Pas de fils qui pendent, ni de boîtier disgracieux… ce tatouage promet d’être très discret et donc sans gêne pour le patient.

En Allemagne, à l’Université technologique de Munich, huit chercheurs ont quant à eux mis au point une encre particulière… Ce tatouage ressemble à tous les autres sauf qu'il est capable de changer de couleur, en fonction de trois paramètres : l’évolution de l’acidité du sang mais aussi de la concentration en glucose et en albumine.

Des tatouages encore loin d'être commercialisés

Pour leurs travaux, les chercheurs ont injecté cette encre dans le derme de porcs, ils ont ensuite placé des biomarqueurs qui se sont fixés dans le liquide interstitiel, c’est à dire entre les capillaires sanguins et les cellules. Résultat : ils ont remarqué des changements de couleur engendrés par des modifications métaboliques.

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube