Shopping

Où sont passées les tablettes promises aux collégiens et l’installation de l’Internet dans les écoles secondaires ?

Où sont passées les tablettes promises aux collégiens et l’installation de l’Internet dans les écoles secondaires ?

C’était une promesse de l’Alliance Lepep : des tablettes dans tous les collèges. Mais jusqu’ici toujours pas de tablettes ni d’accès à l’Internet. Que s’est-il passé ? On en a blâmé le prestataire, la firme DCL, de Ganesh Ramalingum. Mais est-ce lui ou le gouvernement sortant qui n’a pas respecté les  promesses?

Deux appels d’offres bien distincts sont émis sous l’ancien gouvernement, en 2014. Le premier pour la livraison des tablettes pour les écoles secondaires et le second pour l’installation du réseau et de la fourniture de l’Internet dans les écoles secondaires. Après étude des soumissionnaires, la société DCL a été choisie comme prestataire. Mais que s’est-il passé au juste pour les tablettes ? Selon la DCL, vu les maintes difficultés rencontrées sur les spécifications, seules 25 tablettes ont été livrées, comme échantillons, en vue de tester leur qualité et leur conformité à la commande. A la livraison de ces échantillons, le ministère de l’Education a conclu que les tablettes étaient de seconde main, étant donné que les boîtes étaient ouvertes. Or, soutient la DCL, comme tous produits de ce genre, les tablettes ont dû être retirées de leur boite pour être rechargées, car les avions ne prennent pas les équipements si les batteries sont chargées. En outre, il était nécessaire d’y installer le logiciel. Les documents prouvant l’arrivée des tablettes la veille n’ont pas été acceptés par le ministère. Suivant les termes du contrat, la DCL a alors fait une demande de Dispute Resolution suivie d’une demande d’arbitrage. Seule réponse du ministère : le contrat est annulé. Par conséquent la DCL annule à son tour la commande de 23,400 tablettes qu’elle avait déjà passée auprès du fabricant.

Pour le second projet, la bande passante a été livrée à la satisfaction du ministère de ICT en octobre 2016 et aujourd’hui toutes les écoles de l’ile Maurice sont connectées. L’installation des équipements est aussi complétée à Rodrigues et il ne reste que la connectivité entre Maurice et Rodrigues que l’autorité n’a pas encore accordée à la DCL. Tous les paiements faits à DCL ont été pour la livraison des équipements et autres services fournis à la satisfaction du Ministère de L’ICT, nous dit un responsable de DCL. Le projet de l’installation de l’Internet a été accompli à 95%, sauf pour la connectivité, qui reste toujours en suspens en dépit du câble fibre MARS entre Maurice et Rodrigues.

Résultat : les collèges dispose un réseau wifi, mais qui n’est pas utilisé. Avec l’annulation du contrat des tablettes par le ministère de L’Éducation, les élèves sont toujours sans tablettes.

La DCL se retrouve par conséquent avec des investissements de plus de Rs 30 millions qu’elle a faits dans l’installation des infrastructures, sans pour autant tirer un revenu car la connectivité nécessaire entre Maurice et Rodrigues est toujours en attente.

Question : pourquoi les deux ministères concernés ont-ils fait ce projet à moitié?  

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube