Shopping

Gestion de déchets : Un véritable casse-tête pour les autorités

Le nouveau ministre de l’Environnement, Kavi Ramano, a réuni la presse ce matin pour parler de la COP 25 et des Assises de l’Environnement qui auront lieu les 16 et 17 décembre prochains. Une campagne de nettoyage est aussi prévue du 5 au 12 décembre en prévision des fêtes de fin d’année.

Nous produisons 1 488 tonnes de déchets par jour et 543 000 tonnes de déchets solides ont été transportés rien qu’en 2018 vers notre unique centre d’enfouissement à Mare Chicose. Le problème, c’est que ce centre a déjà atteint son niveau de saturation. C’est ce qu’a indiqué Kavi Ramano. Il a souligné la part grandissante des déchets plastiques, soit 14% en 2018. Le plastique, rappelons-le, ne se dégrade qu’après plusieurs décennies. S’il a parlé aussi de la menace liée au micro-plastique, il n’a pas précisé le risque de cette nouvelle forme de pollution à notre santé.

L’omniprésence des déchets dans notre environnement est causée, selon le ministre, principalement par les habitudes irresponsables des citoyens. Mais il n’a pas voulu condamner les producteurs, importateurs et autres commerçants qui sont aussi responsables de cette situation. À une question de Top FM, il a reconnu qu’il était temps de durcir les lois, mais sans dire si ce serait envers les citoyens ou les entreprises.

Abordant la conférence internationale de COP 25, Kavi Ramano a déclaré que Maurice figure au 47e rang des pays les plus exposés aux risques de catastrophes naturels. Notre île pourrait manquer d’eau d’ici 2025 et nos plages commencent à s’éroder dangereusement. Nous avons déjà perdu 20 mètres de plage au cours des 10 dernières années. Les précipitations ont diminué de 8% et notre production agricole a baissé de 30%, a-t-il dit.

Le ministre, contrairement à son prédécesseur, a parlé un langage de vérité. Mais il n’a cependant pas élaboré sur les mesures à prendre. Il a expliqué cependant que les décisions seront prises après les Assises de l’Environnement… évènement que son ministère organise les 16 et 17 décembre prochains. Des experts interviendront et les participants, y compris les journalistes, pourront poser des questions sur ce sujet hautement vital qu’est devenu le changement climatique et la protection de l’environnement en général.

Le ministre Ramano se démarquera-t-il de son prédécesseur qui, outre l’Environnement, avait un autre gros portefeuille, celui de la Sécurité sociale ? Saura-t-il prendre les mesures courageuses nécessaires ? À cela, un haut cadre de son ministère nous a fait comprendre que le ministre n’est pas maître du jeu et que les décisions importantes sont prises en fait par le bureau du Premier ministre.


 

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube