Shopping

Nissan Leaf Human Drive ou quand la conduite autonome cherche à s’humaniser

Nissan Leaf Human Drive ou quand la conduite autonome cherche à s’humaniser

Nissan poursuit son apprentissage de la conduite autonome avec un nouveau programme baptisé "Human Drive". L’objectif ? Rendre les systèmes robotisés plus fluides et se rapprocher au maximum de la conduite humaine.

Aujourd’hui, malgré des progrès techniques en constante évolution, il n’est pas encore possible ni permis de lâcher totalement son volant sur route. Tout au plus, une aide à la conduite telle que le régulateur de vitesse adaptatif intelligent, ACC+, permet "d’oublier" le volant pendant quelques secondes… avant d’être rappelé à l’ordre. Pourtant, en 2017, les principaux acteurs du secteur automobile nous prédisaient une voiture "presque autonome" à l’horizon 2020. Il est vrai qu’il reste encore 10 mois avant une hypothétique apparition d’un système de conduite robotisé utilisable sur autoroute. Un Waymo, un Tesla ou un équipementier tel que le français Valeo seraient bien capables de nNe parlons pas d’un véhicule de niveau 5, c’est-à-dire totalement robotisé. Celui-ci ne devrait pointer le bout de sa calandre qu'à partir de 2025, voire 2030. Lors du dernier CES 2020 de Las Vegas, Marc Vrecko, président de la division conduite autonome de Valeo, déclarait sur les ondes de nos confrères d’Europe 1 que cela prendrait "un peu plus de temps que ce que les plus optimistes avaient prévu. Mais il n’y a rien de dramatique et rien d’insurmontable".

Il rajoute que ce retard est lié à un manque de "maturité technologique" et qu’il faudra "du temps pour avancer. Les niveaux d’autonomie vont se complexifier progressivement". Malgré tout, ce dernier restait optimiste : "D’ici cinq à dix ans, nous aurons fait des progrès considérables." Mais il faudra d’abord en passer par les fonctions semi-autonomes contenues dans les aides à la conduite (ADAS) avant de basculer vers le 100 % autonome.

Grand Drive ou le trajet le plus long en conduite autonome du Royaume-Uni

Quoi de plus parlant qu’un essai grandeur nature sur route ouverte pour prouver l’efficacité et la robustesse de la voiture autonome ? C’est le projet Grand Drive dont le nom fait penser à une émission de téléréalité du genre "Top Gear" ou "The Grand Tour". Sauf qu’il n’y a pas de voitures à casser ni de montées de testostérones, bien au contraire. Nous surprendre.

 

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube