Shopping

Il lui manque la moitié de son cerveau mais elle a des capacités supérieures à la moyenne

Il lui manque la moitié de son cerveau mais elle a des capacités supérieures à la moyenne

Une adolescente américaine mène une vie tout à fait normale, alors qu’il lui manque pourtant l’hémisphère gauche dans son cerveau. Explications de ce cas hors-normes.

À 18 ans, elle s’apprête à entrer à l’université. Une situation banale pour bon nombre d’entre nous, mais presqu’inespérée pour cette jeune Américaine. En effet, elle présente une particularité peu commune : il lui manque l’hémisphère gauche de son cerveau.

Ses capa­ci­tés de lecture dépassent pourtant la moyenne, rapporte le New Scientist. Or, c’est l’hémisphère gauche qui est habituellement spécialisé dans les aptitudes au langage. Son QI est lui aussi légèrement supérieur à la moyenne.

Les tests sur son activité cérébrale indiquent que l’hémisphère droit aurait adopté certaines des fonctions habituellement propres à l’hémisphère gauche pour compenser les tissus manquants. Résultat : sa moitié de cerveau fonctionnerait pour deux.

C’est lorsqu’elle était âgée de sept mois que ses parents ont remarqué qu’il y avait quelque chose d’anormal. En effet, le bébé continuait à tenir son pouce serré dans son poing, un réflexe que les nourrissons perdent normalement à trois mois. Des examens ont alors révélé qu’à la place de l’hémisphère gauche de son cerveau se trouvait une poche de liquide.

Le diagnostic est tombé, elle souffrait d’une hémi-hydranencéphalie, une condition particulièrement rare qui fait que l’une grande partie du cortex cérébral est manquante.

D’après les médecins qui la suivent depuis son plus jeune âge, ses compétences linguistiques étaient très limitées lorsqu’elle était petit enfant. Vocabulaire, syntaxe, expression orale… Elle présentait un retard certain sur ses camarades. Mais à l’âge de cinq ans, elle avait rattrapé ses pairs. Et ses facultés n’ont fait que de s’améliorer les années suivantes, jusqu’à dépasser les résultats des autres enfants de son âge.

Plus surprenant encore au vu de sa condition, ses capacités linguistiques ne se sont pas développées au détriment des autres compétences cognitives. L’environnement familial idéal a pu participer à ce développement extraordinaire, estiment les équipes médicales.

Cette jeune femme représente « un cas extrêmement rare parmi les personnes atteintes d’hémi-hydranencéphalie », soulignent les médecins qui la suivent. La plupart rencontrent en effet des problèmes de développement du langage.

En ce qui concerne cette jeune américaine, si elle éprouve encore quelques difficultés à déplacer le côté droit de son corps, elle se sent bien dans la vie en général et réussit tous ses examens scolaires.

 

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube