Shopping

En Inde, l’intelligence artificielle au service du développement

L’intelligence artificielle (IA) explore de nouveaux territoires. Elle pourrait bientôt servir, en Inde, à diminuer la mortalité infantile, à combattre les parasites dans les champs de coton ou encore à mieux lutter contre la propagation de la tuberculose. C’est du moins la conviction de Padmanabhan Anandan, ingénieur à la longue carrière dans la Silicon Valley, revenu à Bombay pour diriger la fondation Wadhwani AI. Sa mission ? Mettre cette technologie au service des « segments défavorisés de la société »« Aujourd’hui, dans le monde, l’intelligence artificielle ne bénéficie qu’à 2 milliards de personnes et, rien qu’en Inde, on estime que 900 millions d’habitants n’en tirent pas profit », déplore ce scientifique rencontré en février à Bombay.

Critiquée pour ne s’intéresser qu’aux problèmes des riches, à l’instar de la conduite autonome ou des robots qui font le ménage, cette discipline en plein essor pourrait favoriser le développement des pays émergents, dans des secteurs très divers. Pour y parvenir, les frères Romesh et Sunil Wadhwani, deux milliardaires indiens qui ont fait fortune dans la Silicon Valley, se sont engagés à investir 3 millions de dollars (2,7 millions d’euros) par an pendant dix ans dans la fondation qui porte leur nom.

Quel meilleur endroit que l’Inde pour lancer un tel projet ? Malgré un taux de croissance élevé, le pays souffre, en effet, d’inégalités abyssales et d’indicateurs sociaux alarmants, tout en produisant des scientifiques parmi les meilleurs du monde. « Nous avons besoin de faire de l’intelligence artificielle en Inde et aussi de la rendre utile pour l’Inde, a déclaré le premier ministre Narendra Modi lors de l’inauguration de la fondation, le 18 février 2018. Notre gouvernement a la conviction que nous pouvons utiliser ce pouvoir technologique du XXIe siècle pour éradiquer la pauvreté et la maladie. »

shopping

FacebookTwitterYoutube