Shopping

Algérie: les manifestants ne désarment pas et se rassemblent de nouveau dans les rues d'Alger

C'est la 4ème grande manifestation hebdomadaire dans le pays. Le pouvoir persiste, lui, à vouloir ajourner la présidentielle jusqu'à l'issue d'une "Conférence nationale"

Des milliers d'Algériens se sont rassemblés sur le parvis de la Grande-Poste à Alger ce vendredi pour demander le départ du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans. Il s'agit de la quatrième semaine de mobilisation dans le pays.

"Une Algérie illuminée par sa jeunesse"

La foule ne cesse de grossir, plus de deux heures avant l'heure prévue de la quatrième grande manifestation hebdomadaire en Algérie, en ce premier vendredi depuis le report, par Abdelaziz Bouteflika, de la présidentielle et la prolongation sine die de son mandat, censé expirer le 28 avril.

Certains d'entre eux disent venir de Tizi-Ouzou, grande ville de la région de Kabylie, à environ 100 km à l'est d'Alger et avoir passé la nuit, dans leur famille ou chez des amis, craignant de ne pouvoir rejoindre la capitale en raison de barrages ou en l'absence de bus. "On veut une Algérie illuminée par sa jeunesse, pas assombrie par sa vieillesse", proclame une pancarte en référence à l'âge des dirigeants algériens et notamment du président Bouteflika, 82 ans, affaibli par les séquelles d'un AVC depuis 2013.

Les drapeaux vert blanc rouge aux fenêtres

Comme chaque vendredi, les habitants commencent aussi à déployer les drapeaux algériens aux fenêtres. Une dizaine de camionnettes de police sont garées près de la place de la Grande-Poste et un hélicoptère tournoie depuis le début de la matinée au-dessus du centre de la capitale.

Depuis le début de la semaine, le pouvoir explique avec difficultés, qu'en ajournant la présidentielle jusqu'à l'issue d'une "Conférence nationale" chargée de proposer des réformes et d'élaborer une nouvelle Constitution, le chef de l'Etat a répondu à la colère des Algériens. Mais il peine à convaincre.

shopping

FacebookTwitterYoutube