Shopping

La place de la fille est à l'école et non au sein d'un couple, soutient Rita Venkatasawmy

Dans son rapport annuel, le bureau de l’Ombudsperson for Children a évoqué les grossesses et les mariages précoces. Le document de 446 pages fait aussi état, entre autres, des différentes lois existant à Maurice concernant les enfants.

Rita Venkatasawmy a fait un constat des nombreux cas de grossesses et de mariages précoces chez nous. Elle a rappelé que l’éducation est obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, et a maintenu que la place des mineures est dans les écoles, et non en couple. Selon l’Ombudsperson for Children, l'âge légal du mariage devrait être fixé à 18 ans et il faut avoir une meilleure éducation sexuelle dans les écoles.

Rita Venkatasawmy a aussi indiqué qu’en cas d'abus sexuels sur les enfants, la réhabilitation laisse à désirer. De plus, le rapport préconise l’institution d’une procédure spéciale pour que la victime n’ait pas à répéter plusieurs fois sa déposition, ainsi qu’un espace child friendly dans les postes de police .

L’Ombudsperson for Children a aussi évoqué des lois éparses existantes sur l’enfant à Maurice. Dans cette optique, le rapport annuel énumère les législations locales relatives à l'enfant qui correspondent à chacun des 40 articles de la Convention de l’UNICEF.

Pour Rita Venkatasawmy, ce document pourra servir de référence dans l’élaboration du Children’s Bill. Le rapport préconise par ailleurs qu’un projet de loi complet et consolidé sur les enfants, conforme aux dispositions de la Convention de l’UNICEF, soit adopté après un examen des lois existantes.

Autres sujets abordés : les enfants dont les mamans sont en prison, les maisons contenant de l'amiante, l'allaitement maternel et l'utilisation de la langue créole dans le système éducatif.

shopping

FacebookTwitterYoutube