Shopping

Ex-espion russe: Theresa May réunit son Conseil de sécurité en vue de sanctions contre Moscou

Le ton monte entre Londres et Moscou. La Première ministre britannique Theresa May réunit ce mercredi son Conseil de sécurité nationale (NSC) avant de décider d'éventuelles sanctions à l'encontre de la Russie en l'absence d'explications de Moscou sur l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal. 

Estimant "très probable" que la Russie soit "responsable" de l'empoisonnement, la dirigeante avait laissé jusqu'à mardi minuit à la Russie pour fournir une réponse devant l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Dès mardi après-midi, l'ambassade russe à Londres a fait savoir que la Russie "ne répondrait pas à l'ultimatum" tant "qu'elle n'aura pas reçu d'échantillons de la substance chimique" incriminée.

La Russie demande une "enquête conjointe"

Clamant, comme le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, "l'innocence" de la Russie, l'ambassade a ajouté avoir demandé au gouvernement britannique l'ouverture d'une "enquête conjointe". Et prévenu que Moscou riposterait si des mesures étaient décidées à son encontre. Theresa May a affirmé que la substance utilisée pour l'empoisonnement appartenait au groupe des agents toxiques "Novitchok", mise au point par la Russie à l'époque soviétique et considérée comme extrêmement dangereuse.

Selon la dirigeante, l'attaque a été soit commise par l'Etat russe, soit ce dernier a perdu le contrôle de cet agent innervant, qui serait alors tombé entre les mains d'une tierce partie.

Theresa May, bénéficie du soutien de ses principaux alliés, France, Allemagne, Etats-Unis, qui ont vivement condamné l'empoisonnement perpétré sur le sol britannique. L'escalade des tensions entre Londres et Moscou intervient à quelques jours de l'élection présidentielle en Russie, dimanche, dont le président Vladimir Poutine est le grand favori.

shopping

FacebookTwitterYoutube