L’État s’est-il accaparé des millions versés sous forme de CSR, détournant ainsi la philosophie de l’allègement de la pauvreté par des compagnies privées ?

C’est en tout cas l’accusation quasi unanime qui est portée par la société civile dans son ensemble contre les différents gouvernements qui se sont succédé.

Ainsi, associations volontaires, ONG et autre Trust rappellent que Rama Sithanen a lancé le Corporate Social Responsibility (responsabilité sociale organisationnelle), dans un contexte bien particulier.

Alors qu’il était ministre des Finances en 2009, Rama Sithanen avait uniformisé la taxe sur les compagnies à 15 % et demandé à toutes celles qui réalisent des profits taxables de contribuer 2% à un fonds CSR pour des activités sociales.  

Il cherchait ainsi à mobiliser ces compagnies dans un combat contre la pauvreté à travers des ONG notamment.

Or, depuis le départ de l’initiateur du projet CSR, tous les différents ministres des Finances qui lui ont succédé se sont détournés de la philosophie du système CSR tel qu’il était à l’origine. Les ONG accusent les différents gouvernements d’avoir dilapidé ces fonds.

Lors du budget  2016, il a été demandé aux compagnies de verser 50% de leur contribution dans le National CSR Foundation (NCSRF). Ces 50% passeront à partir de cette année à 75% et les compagnies n’auront que 25% pour soutenir des actions sociales de leur choix.

Au départ, l’idée derrière la mise en place de la National CSR Foundation était d’arriver à une distribution équitable de ces fonds parce que certaines ONG se plaignaient de ne pas recevoir des contributions pour leurs projets et parlaient de discrimination. 

Toutefois, cette idée a eu des revers. L’État est accusé d’encaisser ces fonds et de ne pas les distribuer à des organisations qui font du travail volontaire pour alléger la pauvreté. On parle de deux ONG qui ont déjà mis la clé sous le paillasson.

Quel est votre avis sur le sujet ? Partagez votre opinion sur les ondes de Top Fm quand ce sujet sera débattu à 16 h 30 sur les ondes de Top Fm en téléphonant le 213 77 77. Partagez vos opinions également sur notre page blog, à topfmradio.com/blog.

Post Author: admin

1 thought on “L’État s’est-il accaparé des millions versés sous forme de CSR, détournant ainsi la philosophie de l’allègement de la pauvreté par des compagnies privées ?

    Ryan Aryan

    (13th July 2018 - 11:45 am)

    Le besoin de transparence au sein de la CSR Foundation

    Quand Rama Sithanen a ramené l’impôt sur les sociétés de 33 à 15 %, il a imposé un prélèvement de 2 % sur les sociétés, 2 % qui allaient être destinés aux œuvres sociales de ces entreprises.

     Au fait, les entreprises étaient libres de financer l’œuvre sociale de leur choix avec ces 2 %. Des critères avaient été imposés quant aux œuvres sociales qui pouvaient être financées.

     Quand on s’est rendu compte que ces 2 % étaient utilisés un peu n’importe comment par certaines compagnies et que parfois des proches des propriétaires de ces entreprises en bénéficiaient prioritairement, le gouvernement a décidé de réclamer la moitié de ces 2 % soit 1 % qui devrait être versé au MRA qui le remettra à son tour à la CSR Foundation nouvellement créée.

    Cette année, le gouvernement n’exige plus la moitié, mais trois quarts des 2 % pour la CSR Foundation. Les entreprises ne conserveraient ainsi qu’un quart de ce qu’elles avaient l’habitude de donner directement aux ONG de leur choix.

    Rrésultat :  les ONG se plaignent encore plus en disant que les entreprises leur donnent encore moins à présent.

    La CSR Foundation devrait justement remédier à ce problème de certaines ONGs qui ne reçoivent rien ou qui reçoivent moins que par le passé.

    Pourtant, la CSR Foundation, dans son rapport annuel 2017, aurait partagé presque tout l’argent reçu. Quelles sont les ONG qui en ont bénéficié ?

    La liste de ces bénéficiaires n’a pas été rendue publique. C’est la que le bât blesse. L’argent de la CSR Foundation, c’est de l’argent public versé par des compagnies publiques.

    Ryan Aryan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *