Economic Development Board et Le Développement Sauvage de Maurice

L’Economic Development Board (EDB) fut créé pour aider au développement économique.

Que signifie développement économique pour le Mauricien ? Création d’emplois et de richesses POUR LE MAURICIEN. Et je ne parle pas de la dimension environnementale et de bien-être qui est tout aussi importante.

Mais tout ça ne sert qu’à faire de beaux discours et aller assister aux grandes conférences internationales. Une fois de retour au pays, c’est le contraire qui est mis en pratique.  Et on nous bassine à longueur de journée et de l’année avec leurs Smart Cities. Ville intelligente, écologique et patati et patata. Ces slogans que beaucoup de Mauriciens ne comprennent pas épatent. Comme tous les mots savants que l’on ne comprend pas.

La pauvreté, le problème de la balance des paiements, le chômage ? Tout ça, c’est secondaire dans leurs projets de développement.  Au contraire, ils veulent que cela s’aggrave.

Que fait l’EDB comme ‘développement’ ? Des projets immobiliers financés par des étrangers et pour des étrangers. On met d’immenses terrains à la disposition d’étrangers pour qu’ils y construisent et vendent aux Mauriciens. Et quand les Mauriciens ne peuvent offrir le prix, on se tourne vers des acheteurs étrangers.

Qui sait si lors des négociations du contrat comme celui de Côte d’Or, les autorités chinoises qui sont derrière tout homme d’affaires de ce pays, n’ont-ils pas imposé la vente à des Chinois !

Et ce qu’on appelle ‘investissement’, c’est quoi au fait ? On emprunte de l’étranger pour donner du business aux banques étrangères privées ou gouvernementales.

Le ‘développement’ ? On accorde le contrat aux entreprises étrangères de préférence asiatiques qui, comme on le sait, versent allègrement des pots-de-vin. Il n’y a pas dans ces pays trop d’ONG, de presse indépendante, de parlementaires et d’autres juges d’instruction pour poser des questions comme en Europe ou aux États-Unis. Et comme chacun le sait, c’est le secteur du BTP qui arrose le plus les politiciens. Même le Lula s’y était fait avoir. Alors, les politiciens mauriciens…

Les villas de la Côte d’Or et de Pailles ne seront pas toutes habitées par des Mauriciens. Il n’y aurait pas assez de riches acheteurs mauriciens. On vise donc la clientèle chinoise, malaisienne et autre de cette région.

L’EDB, en réalité, on aurait dû l’appeler Real Estate Development Board ou Dilapidation de Patrimoine Board.  Rien qu’une vulgaire société immobilière, mais d’État. Ce qui en fait ne change pas grand-chose puisqu’à la fin ce sont des projets qui ne vont profiter qu’à une poignée de personnes, et pas le peuple. Et étrangères par-dessus le marché.

L’EDB va piloter un vaste projet de bétonnage d’un des lieux les plus beaux du pays. Côte d’Or. Le nom de cet endroit lui fut donné justement à cause de la couleur d’or qui illumine le ciel au coucher du soleil, et ce presque tout le long de l’année. Mais le coucher de soleil, c’est désormais payant et ce seront les Chinois qui le verront.

C’est un endroit où pousse en ce moment la canne à sucre qui comme tout le monde le sait est destinée à disparaître pour faire place à l’immobilier, a-t-on décidé. En fait, tous les espaces verts doivent disparaître pour eux. On aurait pu y développer d’autres cultures ? La Speaker Hanoomanjee avait il y a quelques années proposé de remplacer la canne par d’autres plantations pour, entre autres, empêcher l’érosion. Mais ça, c’était quand elle était dans l’opposition. D’autres personnes plus sincères, dont des journalistes, avaient proposé la culture de denrées alimentaires et pourquoi pas le riz pour ne plus avoir à en importer.

En tout cas, moi quand j’entends parler de développement maintenant, je me méfie. Depuis une vingtaine d’années, ce mot est signe de dégradation. Dégradation de tout y compris de l’emploi, de la dette, et de l’environnement.

Suite aux inondations ou, comme on le dit à la météo, aux accumulations d’eau, des experts et des ministres ont pointé du doigt les Mauriciens qui construisent n’importe comment sans respecter les règlements. Les inspecteurs municipaux et des conseils des districts qui sont des fonctionnaires auraient laissé faire (cela les ministres ne le disent pas). Quelle leçon les autorités veulent-elles donner quand eux-mêmes bétonnent et asphaltent à tout va ? Pas assez de terre pour absorber l’eau et remplir nos nappes phréatiques. Rien que des routes et des drains pour envoyer l’eau dans l’océan.

Mais pourquoi sont-ils si enthousiastes pour ces projets immobiliers ? Eh bien, c’est facile, et cela donne l’impression que l’économie est en marche. Ce genre de projet est tellement simple que, comme le disait Paul Bérenger à l’époque à Amédée Darga, ‘ça, même mo piti capav fer ca’ (ce dernier était encore gosse).  C’était le temps où le MMM n’était pas encore devenu lucide ….

Et c’est tellement plus rentable d’engager un projet immobilier en termes de commissions. Pour le faire, un coup de téléphone à un intermédiaire local ou étranger et tout se fait automatiquement. Au sein de l’administration locale, il y a des experts en la matière. On les entrevoit lors de signatures de tels contrats. Il y en a un qui voulait ‘exporter’ ses idées au Mozambique. Mais il a croisé plus malin que lui là-bas et des millions sont partis en fumée. L’autre agit derrière les rideaux après avoir été derrière les barreaux pendant un certain temps. Ce sont des spécialistes de ce genre transactions.

Et si les lois et les institutions bloquent le processus, on change les lois et les institutions. Du one-stop-shop, c’est ça l’EDB, qu’ils disent.  Pour les riches promoteurs et acheteurs. Quant aux Mauriciens, ils n’ont qu’à continuer à faire queue devant les comptoirs de différentes institutions. Le coût économique et social de ces attentes ? Cela ne forme pas partie de leurs préoccupations.

Pourquoi s’emmerder à faire des projets agricoles ou industriels ? Il faut attendre longuement avant qu’ils rapportent. Alors qu’avec les projets immobiliers, on est sûr de percevoir sa part au début du projet. Et que le peuple vous boute hors du pouvoir lors des prochaines élections, on s’en fout. Le coffre-fort est bien rempli. Et les comptes à l’étranger aussi.

 Le Mouvement Rezistans et Alternative, Lalit et Bizlall répètent à tue-tête, avec des arguments et preuves à l’appui, que ces projets n’ont rien de bon pour l’économie et que ce ne sont que des cadeaux au secteur privé local et étranger. Ces projets, disent-ils, servent des intérêts particuliers et non l’intérêt général. Mais personne ne les écoute et leurs propos ne sont rapportés que rarement.

Il y a eu bien sûr des Sud-Africains qui se sont installés dans nos villas. C’est scandaleux, mais pas aussi scandaleux que ceux qui prennent le beurre et l’argent du beurre. Le pire est donc devant nous.

Les Chinois qui se sont rempli les poches avec l’aide des institutions financières internationales ont de l’argent à investir. Et des citoyens à exporter après avoir exporté des produits non humains. Et Maurice, avec des dirigeants corrompus, offre sur un plateau notre patrimoine et nos ressources. 

Quo Vadis

Clause de non-responsabilité 

 Bien que les contenus de nos pages blog aient fait l’objet d’un contrôle attentif , nous déclinons toute responsabilité quant aux contenus, opinions et commentaires qui n’engagent que les auteurs des blogs.

L’éditeur de ce site web ne partage pas nécessairement les opinions exprimées dans les pages blog et ne saurait en aucun cas en être tenu responsable.

Toutefois, l’éditeur s’engage à donner un droit de réponse à toute personne qui pourrait estimer qu’elle a été lésée par le ou les contenus des blogs ou des commentaires.

Disclaimer

Although the contents of this blog page are carefully checked, we cannot accept any responsibility for the contents, opinions or comments posted in our blogs and which commit  only their authors.

The publisher of this web site does not necessarily share the views and opinions expressed in the different blogs and can in no way be held accountable or liable for these views and opinions.

However, the publisher undertakes to give a right of reply to any person who may feel prejudiced by the content of our blog or any posted comment.

Post Author: admin

1 thought on “Economic Development Board et Le Développement Sauvage de Maurice

    Mr xyz

    (24th March 2018 - 1:24 pm)

    Parlons-en de l'environnement!

    Peut-on nous dire qui au sein de notre gouvernement s'en soucit réellement? Qui est-il celui qu'on dit etre notre Ministre de l'environnement? Ce q'on voit aux abords de nos routes, c'est que du béton!!!

    Pourquoi ne venons-nous pas avec un vrai projet écologique, qui nous profitera à tous? Ce n'est pas les quelques palmistes ou "arbus" que ces soit-disant investisseurs nous proposent dans leurs projets d'investissement, qui feront le bonheur des mauriciens et surtout des touristes qui s'attendent à découvrir une ile pleine de richesses naturelles.

    Que font les autorités concernées pour notre environnement, et j'en passe?

    Personnellement, on en a rien à foutre de ces investisseurs étrangers…! Si ce n'est qu'ils apportent du "pognon" dans les poches, non excusez-moi, dans les caisses du gouvernement… Mais en profitons-nous vraiment de ces investissements??

    Tout le monde est pour un investissement réflechit et bénéfique à tout un chacun OR il est bien dommage de constater que ce nullement notre réalité!

    Alors réflechissons vraiment à cette question.. Que signifie développement économique pour le Mauricien ?

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *