Bisin aller ou pas bisin aller? (Première partie.)

La présidente a déjà répondu à cette question dans un communiqué émis en fin de matinée ce mercredi 14 mars. Elle a donc décidé de faire face à un tribunal spécial.

Si un quotidien (l’express) n’avait pas publié le document sur les dépenses d’Ameena Gurib-Fakim (AGF), personne n’aurait su que cette dernière avait la fièvre acheteuse et aimait voyager.

Comme ces folles dépenses effectuées rien qu’en trois mois (septembre à novembre 2016) paraissaient bien personnelles, mais payées avec une carte de crédit au nom de Planet Earth Institute (PEI), des questions tout à fait justifiées ont commencé à être posées. Par exemple, est-ce qu’une présidente peut percevoir des dons du privé? A cela, AGF aurait répondu qu’elle a emprunté la carte à son ami Sobrinho vu que la sienne avait un problème technique. Elle aurait ajouté qu’elle a déjà remboursé la somme après avoir, dans un premier temps, demandé que les documents publiés dans la presse  soient authentifiés. Cela fait désordre, car pourquoi rembourser alors qu’elle a bien bénéficié légalement d’une somme mise à sa disposition pour la promotion du programme des bourses d’études ? Peut-être que ses dépenses ne reflètent pas les besoins de cette même promotion et qu’elle s’en est rendue compte avec l’aide des médias… Nous y reviendrons. En déclarant avoir remboursé, AGF authentifie elle-même la liste de ses dépenses. D’ailleurs, elle n’a pas donné suite à son ultimatum lancé publiquement au quotidien l’express.

Un tribunal éventuellement mis sur pied en cas de destitution se contentera-t-il de l’affirmation sous serment ou pas de Sobrinho ou toute autre personne représentant PEI à l’effet que les dépenses ont été bel et  bien remboursées ? N’en demandera-t-il pas des preuves ? Surement oui.

Au cas où le remboursement effectué en mars 2017 est avéré, l’affaire s’arrêtera-elle là ? Non, car il aura fallu des articles de presse pour qu’elle le fasse. Le tribunal pourrait donc conclure que si les remboursements furent effectués suite à la pression populaire, AGF n’est plus digne d’être présidente. On verra ses défenses éventuelles plus loin.

C’est pour cette raison qu’AGF aurait  parlé d’emprunt de carte. Au-delà de la question de savoir si elle avait le droit moral d’emprunter la carte de l’institution dont elle fut co-présidente avant d’en démissionner en toute hâte après les révélations sur la personnalité sulfureuse de Sobrinho, qui acceptera cette histoire (d’emprunt de carte) ? Pas grand monde, à moins que la présidente vienne nous convaincre que son ‘shoppingétait tellement urgent qu’elle ne pût faire autrement qu’emprunter une carte ! Aussi, qui dans ce monde acceptera de vous prêter sa carte pour vous dépanner et ce avec un plafond d’un million?

Le tribunal pourrait aussi demander plus de détails sur les sommes dépensées et ne s’arrêtera sans doute pas à celles publiées par l’express.

AGFaffirme sur twitter le 9 mars dernier  que ‘La vérité sera connue une fois lenquête achevée. Pourquoi attendre un tribunal ? N’a-t-elle pas le devoir de renseigner la population qui en a le droit après avoir été informée par la presse ? Rien que pour la transparence, elle doit le faire et le plus vite sera le mieux. Alors qu’elle n’a l’appui de presque d’aucun des politiciens, celui du public ne serait-il pas le bienvenu ? Osera-t-elle affronter le tribunal avec comme seule défense que la carte a été empruntée et  utilisée et que la somme dépensée a été remboursée?

Si le tribunal avale cette histoire, le public lui aura des indigestions graves.

Sans préjuger de ce procès, au vu des documents et réponses parus dans la presse, il semble bien qu’au moins un million de roupies furent mises à la disposition d’AGF par PEI, sous la signature d’Alvaro Sobrinho et non prêtées. On n’est pas au courant si d’autres sommes furent dépensées par carte ou autrement provenant de la même source. Pour rappel, la carte aurait été émise en mai 2016. Pourquoi ce cadeau ?

On peut envisager un cadeau sans rien en retour.

Un présent désintéressé d’un million est toutefois un prix élevé, même de la part d’un richissime homme d’affaires.

C’est là que la situation devient compliquée pour la présidente.

Aurait-elle usé de son influence et connexions au sein du  gouvernement pour faciliter l’achat de 34 bungalows destinés sûrement à être revendus et surtout pour que Sobrinho ait sa licence pour opérer une banque d’investissement à Maurice ? Ce million fut-il un moyen déguisé pour remercier AGF pour ses bons offices ? Souvenons-nous qu’elle s’est vantée d’avoir attiré un milliard d’investissement dans notre pays. Ou alors, ce don d’un million n’est rien d’autre qu’un moyen pour dilapider le PEI et Bill and Melinda Gates Foundation.

KCLK

PS. Lire la deuxième partie de Bisin aller ou pas bisin aller? Dans le prochain article de KCLK

Post Author: admin

1 thought on “Bisin aller ou pas bisin aller? (Première partie.)

    Solferino

    (16th March 2018 - 4:50 am)

    Premier ministre detient beaucoup trop de pouvoir et dirige enorme ministeres , ce qui explique les faiblesses evidentes dans les administrations des affaires de l’etat. Encore il faut ajouter des quantites des nominees politiques. Les revelations des fraques et autres main libres des employes de l’etat arrivent tres tardivements et les polticiens s’organise pour etouffer toute l’affaire. ET encore de ces plusieurs cas des abus commis dans le giron des ministeres qui ne feront jamais la une des journaux. Au nom d'une justice equitable il faut laisser au presidente de faire valoir  ses droits d’aller vers un tribunal. Pourquoi des institutions de promotion d'investissement et des entites regulatrices n'ont jamais parler des voyages et la nomination du presidente comme ambassadrice pour attirer des investisseurs etrangers. La demarche du presidente est salutaire , beaucoup de zone d'ombres serai decouvert. Les  v ictimes deviennent souvent engranges dans des conflits des gros commis de l’etat, et deviennent des boucs emissaries. Trouver un  coupable parmis les faibles est un jeux d’enfant lors des guerres des elephants.

     

     

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *